Entretien avec Sylvie Thénault. Les ratonnades d’Alger en 1956. Un exemple de violence coloniale routinisée

Le 28 décembre 1956, Amédée Froger, 74 ans, monte dans sa voiture lorsqu’il est abattu de plusieurs balles de revolver devant chez lui, rue Michelet, dans un beau quartier d’Alger. Le meurtre de ce notable, maire de la localité de Boufarik, connu pour ses positions intransigeantes en faveur de l’Algérie française, suscite une grande émotion. […]