Auteurs

Christine Knauer

Christine Knauer est historienne indépendante.  Elle écrit actuellement un livre sur le lynchage dans le sud des Etats-Unis après 1945. Elle est titulaire d’un Master en civilisation américaine de Brown University et d’un Master en études américaines et histoire contemporaine de l’Université Eberhard Karls de Tübingen.  Sa thèse a été publiée sous le titre  Let Us Fight as Free Men: Black Soldiers and Civil Rights aux presses de l’Université de Pennsylvanie. Au cours des dernières années, elle a travaillé sur plusieurs articles sur les monuments aux morts aux États-Unis.

Let Us Fight as Free Men: Black Soldiers and Civil Rights (Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2014).

“Fearlessly Fighting for the Oppressor: French Colonial Troops in the African American Press during World War II,” The Tocqueville Review 40:1 (July 2019), 19-38.

“Rectifying an Old Injustice: The Korean War Veterans Memorial in Washington, DC,” The Palgrave Handbook of Artistic and Cultural Responses to War since 1914, eds. Martin Kerby, Margaret Baguley, and Janet McDonald (New York: Palgrave, 2019), 407-26.

“Race and/in War,” At War: The War and American Culture in the Twentieth Century and Beyond, eds. David Kieran and Edwin A. Martini (New Brunswick: Rutgers University Press, 2018), 168-96.

“Their Forgotten War: Veterans and the Korean War in American Memory,” War Memories: Commemoration, Recollections, and Writings on War, eds. Stephanie H. A. Belanger and Renee Dickason (Montreal: McGill Queens, 2017).

“Blacks in the Military,” Oxford Bibliographies Online, online since January 2017.

“Lynchmorde und der Süden nach 1945,” Von Selma bis Ferguson: Rasse und Rassismus in den USA, eds. Michael Butter, Astrid Franke, Horst Tonn (Bielefeld: Transcript, 2016), 93-109.

voir les articles

Claudia Moatti

Claudia Moatti est professeure d’histoire romaine à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et Adjunct Professor of Classics à l’University of Southern California. Elle a travaillé notamment sur la construction de l’universalisme romain (La raison de Rome. Naissance de l’esprit critique à la fin de la République, Paris, Seuil, 1997 ; Res publica. Histoire romaine de la chose publique, Paris, Fayard, 2018), et sur les migrations et mobilités antiques. Elle prépare actuellement un ouvrage Migration et droit dans le monde romain, qui s’inscrit dans la continuité de deux programmes collectifs qu’elle a dirigés : La mobilité des personnes en Méditerranée, de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, qui a donné lieu à trois publications en 2004, 2007 et 2009 ; et L’expérience de la mobilité de l’Antiquité à nos jours, entre précarité et confiance, dont le premier volume doit paraître à Bordeaux, Ausonius en 2021.

voir les articles

Clément Fabre

Clément Fabre est doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la codirection de Pierre Singaravélou et d’Anne Carol. Ses recherches portent sur les dimensions linguistique, corporelle et matérielle de la confrontation occidentale à la Chine au cours du XIXe siècle. Membre du comité scientifique de la revue L’Histoire et de l’association d’histoire publique « La Boîte à Histoire », il s’investit également depuis plusieurs années dans la diffusion de la recherche historienne, auprès de publics et sous des formats variés.

voir les articles

Daniel Tollet

Daniel Tollet, docteur ès-Lettres est ingénieur de recherches honoraire de l’Université de Paris-Sorbonne où il a exercé les fonctions de secrétaire général du Centre d’études juives puis de l’Institut de recherche pour l’étude des religions. Il a présidé la Société des études juives de 2011 à 2018.

Spécialiste d’histoire de l’Europe centrale il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont :

Histoire des juifs en Pologne du XVIe siècle à nos jours , Paris, 1992. Les textes judéophobes et judéophiles dans l’Europe chrétienne à l’époque moderne, textes réunis par Daniel TOLLET, Paris, 2000. Accuser pour convertir ; du bon usage de l’accusation de crime rituel dans la Pologne catholique à l’époque moderne, Paris, 2000. Dalla condamna del giudaismo all’odio per l’ebreo, Milan, 2002. Confessiones et nationes ; discours identitaires nationaux dans les cultures chrétiennes : du moyen âge à nos jours, textes réunis par Mikhail-V DMITRIEV et Daniel TOLLET, Paris, Champion, 2014,

voir les articles

Emmanuel Blanchard

Emmanuel Blanchard est historien et politiste, maître de conférences à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et à l’Institut d’études politiques de Saint-Germain-en-Laye. Chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP, UMR 8183, CNRS – Min. de la Justice – UVSQ), il est également affilié à l’Institut Convergence migrations (ICM). Il a notamment publié La police parisienne et les Algériens, 1944-1962 (Nouveau Monde éd., 2011) et une Histoire de l’immigration algérienne (La Découverte, 2018). Il est co-auteur d’une Histoire des polices en France, des Guerres de religions à nos jours (Belin, 2020) et a co-dirigé l’ouvrage Policing in Colonial Empires. Cases, Connections, Boundaries (ca. 1850–1970) (Peter Lang, 2017).

voir les articles

Emmanuel Debono

Emmanuel Debono est docteur en histoire contemporaine de l’IEP de Paris. Il est l’auteur de l’ouvrage Aux origines de l’antiracisme. La LICA 1927-1940 (CNRS Éditions, 2012) et de Le racisme dans le prétoire. Antisémitisme, racisme et xénophobie devant la justice (PUF, 2019). Membre du conseil scientifique de la DILCRAH, il anime le blog Au cœur de l’antiracisme (lemonde.fr).

voir les articles

Esther Cyna

Esther Cyna est doctorante en civilisation américaine à l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 en cotutelle avec Columbia University aux États-Unis. Sa recherche porte sur le racisme dans le financement des écoles publiques en Caroline du Nord de 1960 à nos jours. Elle enseigne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

voir les articles

Florent Piton

Florent Piton est attaché temporaire d’enseignement et de recherche en histoire de l’Afrique à l’Université de Paris et au Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA). Ses travaux portent plus particulièrement sur l’histoire des mobilisations sociales et politiques et sur les assignations identitaires au Rwanda, de l’époque coloniale au génocide des Tutsi. Il est notamment l’auteur de Le Génocide des Tutsi du Rwanda (Paris, La Découverte, 2018) et a coordonné avec Françoise Imbs la réédition des articles de l’historien rwandais Emmanuel Ntezimana (Emmanuel Ntezimana, 1947-1995. Etre historien et citoyen engagé au Rwanda, Toulouse, Presses universitaires du Midi, à paraître en juin 2021).

voir les articles

François-René Julliard

François-René Julliard est doctorant en histoire contemporaine, sous la codirection de Fabien Conord (Université Clermont Auvergne, laboratoire du CHEC) et de Caroline Rolland-Diamond (Université Paris Nanterre, laboratoire du CREA). Sa thèse porte sur les athlètes africains-américains aux Jeux olympiques d’été au XXe siècle. 

Il a publié récemment : « William Montague Cobb et le débat sur la supériorité des athlètes noirs américains dans les années 1930 », Revue d’histoire culturelle [Online],  | 2020, Online since 26 septembre 2020,

voir les articles

Gérard Noiriel

Directeur de recherche à l’EHESS, Gérard Noiriel conduit des recherches sur la socio-histoire de l’État-nation et de l’immigration. Il travaille également sur les rapports entre sciences sociales et pratiques culturelles, à partir de l’exemple du spectacle vivant.

voir les articles

Giordano Bottecchia

Giordano Bottecchia est doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris 8. Sous la direction de Marie-Anne Matard-Bonucci, il mène des recherches sur le départ des Juifs de Libye en 1967 et leur installation en Italie, en se focalisant sur les processus d’intégration sociopolitique dans les deux pays. Dans le cadre d’une cotutelle avec la Scuola Normale Superiore de Pise, il est également dirigé par Ilaria Pavan. Ses intérêts portent sur l’histoire postcoloniale et les migrations.

voir les articles

Isabelle Backouche

Isabelle Backouche est directrice d’études à l’EHESS (CRH). Historienne de l’urbain, elle a travaillé sur les relations entre Paris et la Seine, ou sur le Marais et ses transformations au 20e siècle. Elle a engagé, avec Sarah Gensburger et Eric Le Bourhis, une vaste enquête sur la spoliation des locataires juifs à Paris, inaugurant la rencontre entre l’histoire urbaine et l’histoire de la Shoah.

voir les articles

Isabelle Poutrin

Isabelle Poutrin est spécialiste d’histoire religieuse et politique des XVIe et XVIIe siècles, notamment en Espagne. Agrégée d’histoire, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm-Sèvres), elle a été membre de la section scientifique de l’Ecole des hautes études hispaniques (Casa de Velazquez).  Elle a été la responsable scientifique du projet ANR POCRAM de 2014 à 2018. 

Anciennement Maîtresse de conférences  à l’UPEC (équipe CRHEC), elle est à présent Professeure d’histoire moderne à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA, équipe CERHIC). Elle est  aussi membre “senior “de l’Institut universitaire de France (26e promotion, octobre 2016).

voir les articles

Jean-Frédéric Schaub

Jean-Frédéric Schaub, historien, enseigne à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, au Laboratoire Mondes Américains. Il a récemment publié : Pour une histoire politique de la race, Paris, Seuil, 2015 (trad. Princeton UP 2019, trad. Fondo de cultura económica 2020); L’Europe a-t-elle une histoire ?, Paris, Albin Michel, 2008 ; Oroonoko, prince et esclave. Roman colonial de l’incertitude, Paris, Seuil, 2008. Il est vice-président de l’association Alarmer.

voir les articles

Jérémy Guedj

Jérémy Guedj, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Côte-d’Azur, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC) de Nice. Travaille principalement sur les minorités en France, Europe et Méditerranée. A publié Le Miroir des désillusions. Les Juifs de France et l’Italie fasciste (1922-1939), en 2011, chez Classiques Garnier et vient de coordonner, avec Anne-Laure Zwilling, Réalité(s) du communautarisme religieux, chez CNRS Éditions.

voir les articles

Jerôme Buske


Jérome Buske a étudié les sciences politiques et de la culture et travaille à l’université de Leipzig. Il milite dans le collectif Initiative Mündigkeit durch Bildung (Initiative Autonomie à travers l’Éducation) de Leipzig. Ce collectif  a été fondé au printemps 2018, en qualité d’association, pour faire œuvre d’éducation politique. L’objectif de l’association est de promouvoir l’éducation critique à Leipzig, en Saxe et au-delà. Elle entend contribuer à l’éveil social dans la lutte contre l’antisémitisme et le racisme, à une compréhension participative de la démocratie et à l’émancipation des femmes.

voir les articles